Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 septembre 2012 7 02 /09 /septembre /2012 21:16

Toujours comme les Piles intermédiaires, je me retrouve atteinte par mon métier au point de repérer désormais dans mes lectures les mentions qui en sont faites ou les situations qui s'en rapprochent. Après un premier exemple ici, voici donc un second extrait des aventures de Jack Aubrey où ce dernier s'essaie à la traduction avec plus ou moins de bonheur...

"-[Cette lettre] vient de l'homme d'affaires de Stephen, Mr Skinner. (Il lut en hochant la tête d'un air approbateur à chaque paragraphe.) Je suis très satisfait de lui. Un excellent homme d'affaires, la tête claire, et actif comme une abeille. Il porte la guerre dans leur camp, ces chiens infernaux : voilà ce que j'aime. Il dit qu'une citation duces tecum les contraindra à montrer le papier que j'ai signé, et mettra fin à cette incertitude ; et il a déjà lancé l'assignation. Duces tecum : voilà ce qu'il faut.
- Qu'est-ce que cela veut dire ? demanda Sophie.
- Je n'ai jamais été très bon en latin, dit Jack. Pas comme Philip Broke. Mais je me souviens de dux, un chef, un amiral pourrait-on dire, et le pluriel est duces. On pourrait donc traduire duces tecum par les amiraux sont avec toi, et je n'en demande pas plus. Excellent Mr Skinner."

Patrick O'Brian, La Citadelle de la Baltique, édition du Club France Loisirs, 1999
Traduction de Florence Herbulot, p. 136

 

Pauvre Jack, ses connaissances en latin sont effectivement défaillantes, et il confond le substantif dux avec le verbe ducere, qui veut dire conduire, mener, amener, apporter. En l'occurrence, la notion juridique de subpoena duces tecum signifie donc tout simplement qu'il faut "apporter [les preuves] avec soi". Je vous renvoie ici pour de plus amples explications.

Partager cet article
Repost0

commentaires