Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : A pas de fourmi
  • A pas de fourmi
  • : Quelques échos de ma petite vie, de mes loisirs, de mes goûts, de mes réflexions, etc.
  • Contact

Le Profil De La Fourmi

  • La Fourmi

En direct de la fourmilière!

Les femmes, je le sais, ne doivent pas écrire ;

J'écris pourtant...

Marceline Desbordes Valmore, Une lettre de femme, 1860

Recherche

11 novembre 2009 3 11 /11 /novembre /2009 13:05
Après le pays basque, mes petites pattes de fourmi bien aidées par les réseaux de bus m'ont conduite dans deux villes importantes du "Camino francès", en Castille.
Burgos d'abord, dont la cathédrale, splendide témoin de différents courants architecturaux, est classée au patrimoine mondial de l'humanité (l'Unesco a quand même de temps en temps quelques choix heureux).église Saint Lesmes
Plaza Mayor
L'une des nombreuses coquilles qui indiquent le chemin aux pèlerins
Chevet de la cathédrale
Porte latérale
Cathédrale Notre Dame de Burgos
"Gobe-mouches"
Tuyaux en chamade des orgues jumelles de la cathédrale
Plaza Mayor de noche
Une petite rue parfaite pour déguster des tapas !
Pont et porte Sainte Marie
Encore la cathédrale :D
Retable à Sainte Anne et Saint Joachim, avec l'arbre de Jessé. Magnifique !
Toujours les orgues
Tombe du Cid et de Chimène
Escalier de la Coroneria
Cloître de la cathédrale
Coffre du Cid
Trésors du musée de la cathédrale : une profusion d'objets liturgiques, de statues, de tableaux, etc.
Le retour des coquilles :D
Casa del Cordon
Plaza Mayor de nuevo
Balade au dessus du centre ville
El Cid Campeador, héros de la ville, mais pas aussi héroïque que Corneille nous l'a dépeint...

Leon ensuite (je vous laisse imaginer qu'il y a un accent sur le o, le raccourci clavier n'est pas compatible avec Firef0x...), ancienne place forte romaine (c'est d'ailleurs de la Légio VII que viendrait le nom de Leon et non de l'animal... même si ce dernier se trouve désormais partout, sur le blason de la ville, en tant que statue sur les ponts, etc.).
Arrivée à Leon

Ancienne mairie
Cathédrale
Palais des Guzman
Saint Georges vu par Gaudi
Magnifique retable peint de la cathédrale de Leon
Sans commentaire
La principale richesse de cette cathédrale, ce sont ses vitraux, aussi colorés que ceux de Chartres (d'après le guide, la cathédrale de Leon n'est pas très loin de celle de Chartres en termes de "surface vitraillée"...)
le retour de la coquille... à un endroit un peu plus original
Cloître de la cathédrale
Eglise et couvent Saint Isidore, célèbre pour de superbes fresques romanes (classées au patrimoine mondial etc.), malheureusement interdites de photos...
Palais des Guzman
Restes de la muraille romaine
Ancien couvent Saint Marc transformé en Parador (hôtel 4 ou 5 étoiles...)

Verdict : deux villes très jolies, très agréables à visiter même s'il y fait un peu froid en septembre, surtout le soir (principale déconvenue d'ailleurs...). Burgos nous a paru un peu plus animée que Leon le soir, en revanche en journée c'était plutôt l'inverse... Les points communs entre les deux villes (et avec nombre d'autres villes d'Espagne) sont nombreux, mais les différences sont également assez nombreuses pour ne pas avoir l'impression de voir toujours la même chose (en particulier dans les musées des cathédrales). Je conseille !
Repost 0
1 novembre 2009 7 01 /11 /novembre /2009 15:58
Première étape : Irun !
Assez peu intéressante comme ville mais c'est celle où arrive le TGV...
Mairie d'Irun
L'île des faisans, où furent signés plusieurs traités, et qui appartient encore aujourd'hui à la fois à la France et à l'Espagne, sous forme de condominium.
Détour pour la soirée à Fontarrabie (Hondarribia), juste en face de Hendaye
Fête d'el Alarde - jeux basques
Dans le vieux centre-villeVue sur l'estuaire de la Bidassoa et le port d'Hendaye
Pintxos (tapas basques)
Marché d'Irun

Après une petite demi-heure d'EuskoTren... arrivée à Saint-Sébastien (Donostia en version locale)
Plaza MayorRetable principal de l'église Saint VincentFaçade de l'église Notre DamePlafond de l'église Notre DameFace au port, au pied du mont UrgullVue sur la ville à mi-hauteur du mont Urgull
Mont Urgull vu de la plage de La Concha
Cathédrale de Saint-Sébastien

Dernière étape basque... Bilbao !où nous accueille l'oeuvre monumentale de Jeff Koons...devant le fameux GuggenheimExpo sur Cai Guo-Qiang... vraiment top !Verdict sur le Guggenheim : tout comme la Reine de l'Iode, c'est vraiment un musée à faire, même si (ou peut-être surtout si) on n'aime pas trop l'art moderne... Casino, au bord du NervionBalade dans le centre ancienEt dernière balade au bord du Nervion
Repost 0
29 octobre 2009 4 29 /10 /octobre /2009 23:13
...parce que je suis toujours là, mais toujours un peu en sous-marin...
...parce qu'AnClé a pris elle aussi de superbes photos qui rappellent combien cette saison est belle...
...parce qu'au milieu de tout ce qu'il reste à faire en cette "rentrée", j'ai quand même réussi à prendre un peu de temps avec mes grands-parents...
...parce que plus que l'arrivée du froid, la nostalgie d'un autre continent, la nuit qui tombe plus tôt, je préfère retenir les derniers rayons du soleil dans les arbres multicolores, les joues qui rosissent et une heure de sommeil en plus le weekend dernier...

...une petite mosaïque automnale :


Parc Floral d'Orléans
Source du Loiret
Repost 0
13 octobre 2009 2 13 /10 /octobre /2009 22:52
Il y a un an tout juste, je découvrais tout ça...

Cette année en revanche, il va falloir
vivre l'automne en entier
voir tomber les feuilles
accepter la chute des températures
perdre les dernières traces de bronzage (si ce n'est déjà fait)
continuer la routine du quotidien
ne pas se laisser envahir par la vague de nostalgie qui menace...

HAUT LES COEURS !!!

Et pour se donner du courage, je reviens bien vite avec un nouveau design de blog, ras le bol de ce bleu, et une bannière un peu plus actuelle pour ne pas laisser le spleen s'installer !
Repost 0
2 octobre 2009 5 02 /10 /octobre /2009 12:10
Ange gardien - Willow Tree

Depuis le commencement du monde, le commerce des anges avec les hommes est si fréquent que l'Écriture sainte en fait mention à tout instant... Presque tous les patriarches et les prophètes ont été instruits par les anges des volontés du Seigneur. Souvent même, nous voyons que Dieu s'est fait représenter par des anges. Mais, me direz-vous, si on les voyait, l'on aurait bien plus de confiance ? Si cela eût été nécessaire au salut de notre âme, le bon Dieu les aurait rendus visibles. Mais cela importe peu ; car dans notre religion, nous ne connaissons que par la foi, et cela, afin que toutes nos actions soient plus méritoires...

Saint Jean-Marie Vianney (1786-1859), prêtre, curé d'Ars
Sermon pour la fête des Saints Anges Gardiens (in Sermons, Beauchesne 1925, t. 4)


Une fête qui me tient à coeur... même si ce n'est pas toujours bien compris dans notre société rationnaliste, je crois fermement en l'existence des anges et notamment des anges gardiens, et ce n'est pas le Catéchisme de l'Eglise Catholique qui me contredira ;) :

L'existence des êtres spirituels, non corporels, que l'Ecriture Sainte nomme habituellement anges, est une vérité de foi. Le témoignage de l'Ecriture est aussi net que l'unanimité de la tradition. (CEC 328)

Du début (de l’existence) (cf. Mt 18,10) au trépas (cf. Lc 16,22), la vie humaine est entourée de leur garde (cf. Ps 34, 8 ; 91, 10-13) et de leur intercession (cf. Jb 33, 23-24 ; Za 1, 12 ; Tb 12, 12). " Chaque fidèle a à ses côtés un ange comme protecteur et pasteur pour le conduire à la vie " (S. Basile, Eun. 3, 1 : PG 29, 656B). Dès ici-bas, la vie chrétienne participe, dans la foi, à la société bienheureuse des anges et des hommes, unis en Dieu. (CEC 336)

Repost 0
29 septembre 2009 2 29 /09 /septembre /2009 22:45
Sac défait,
ampoules et genou soignés,
souvenirs rangés...
et photos triées !
Voici un premier aperçu de ces quelque dix jours espagnols,
une photo par ville traversée !
Qui saura toutes les reconnaître ?











Réponses dans quelques jours,
après dix jours à me remémorer mes lointains cours d'espagnol du lycée,
je me replonge avec délices dans la langue de Goethe
pour accueillir une amie allemande..
Repost 0
10 septembre 2009 4 10 /09 /septembre /2009 23:43
Avant de partir en vacances à mon tour (oui, encore en décalé, comme l'an dernier...), la suite des photos de mes découvertes aux quatre coins de la France :
Chinon

Montsoreau

Chamerolles
Chamerolles : détails architecturaux
Chamerolles : détails du musée du parfum

Chamerolles : les jardins


Le Mans

le pays Dunois


Et maintenant, après Hong Kong et autres métropoles asiatiques l'an dernier, après toutes ces villes françaises, direction... l'Espagne ! Au menu, un peu de Pays Basque, d'Asturies, de Castille, de Leon et de Galice...

Je reviens vous raconter tout ça d'ici fin septembre !
D'ici là, bonne continuation de rentrée à tous !
Repost 0
7 septembre 2009 1 07 /09 /septembre /2009 21:47
Préparez-vous...
Le 14 septembre prochain, pour la fête de la Croix Glorieuse...
... ça va sonner !!!


(Cliquez sur l'image pour accéder au site...)

(et pour ceux d'entre vous qui sont sur facebook... rejoignez le groupe Sacristains !)



(je retombe un peu en adolescence pour oublier que j'ai vu ce week end d'anciennes louvettes plus grandes que moi... :D )
Repost 0
20 août 2009 4 20 /08 /août /2009 23:18
... de la campagne anglaise
...des costumes de cette époque
...des séries de la BBC
...de Jane Austen et consorts
...de Mr Darcy
...des belles histoires romantiques où l'héroïne n'est pas trop cruche...

j'ai un conseil pour vous, qui vous prendra certes quatre heures de votre temps, mais vous ne le regretterez pas. Pour tout vous dire, Mr Darcy a trouvé son égal...
... en la personne de Mr Thornton.


En 1851, alors que la première révolution industrielle bat son plein dans le Nord de l'Angleterre, Margaret Hale arrive avec ses parents à Milton, une ville comprenant plusieurs manufactures de coton. Le choc est difficile pour elle qui a toujours vécu dans le Sud, à la campagne, mais peu à peu elle découvre les conditions de vie des ouvriers... et des patrons, en particulier John Thornton, qui doit faire face à de nombreuses difficultés...

Fidèle à sa réputation, la BBC a tiré du roman d'Elizabeth Gaskell une série de 4 épisodes d'un peu moins d'une heure chacun, d'une grande qualité, tant par le jeu des acteurs, l'équilibre des intrigues, les costumes et les décors, la musique... bref j'aime !!! :D
Repost 0
16 août 2009 7 16 /08 /août /2009 07:00
Septième et dernière journée d'accueil de Notre Dame sur mon blog, toujours à la suite de La Marie des Anges
Je recueille toujours vos intentions de prière, n'hésitez pas !


Notre-Dame de France, Vierge pélerine

Pour clore cette semaine de prière avec Notre Dame, une prière d'abandon...
Prière du soir à Marie

Encore un de mes jours envolé comme une ombre…
Mère, encore un soleil qui ne brillera plus,
Et qu'il faut ajouter à la liste sans nombre
Des soleils et des jours à jamais disparus.

Je ne les compte point : Le chêne qui s'effeuille
Et qui pressent déjà le printemps approcher
Compte-t-il les rameaux que l'orage lui cueille
Pour les semer, de-ci, de-là, par le sentier ?

Sur le vaste océan la rapide hirondelle
Compte-t-elle, en partant chercher des jours plus beaux,
Les plumes que le vent arrache de son aile
Et qui s'en vont flotter sur le cristal des eaux ?

Moi je m'envole aussi vers une autre patrie,
Et j'espère un printemps qui doit durer toujours.
Mère, qu'importe donc que j'effeuille ma vie,
Qu'importent le grand vent, et l'orage, et mes jours ?

Et je viens à tes pieds finir cette journée
Pour que son souvenir, en renaissant parfois,
Soit un soleil d'hiver à mon âme fanée,
Quand je ne vivrai plus que des jours d'autrefois.

Mère, il fait bon prier devant ta douce image !
Quand je suis à genoux, les yeux fixés sur toi,
Tu me parles, j'entends ton suave langage,
Puis, je me sens pleurer, et je ne sais pourquoi…

Je suis heureux pourtant… Quand je t'ai dit : Je t'aime,
Quand mon regard se lève et cherche ton regard ;
A travers le vitrail lorsque la lune blême
Nous éclaire tous deux de son rayon blafard ;

Quand tout s'endort au loin dans la morne nature,
Quand partout le silence avec l'ombre descend,
Mon âme alors vers toi monte, paisible, pure,
Et je sens le bonheur m'inonder doucement.

Mère, à mon dernier soir, semblable à la corolle
Qui s'incline vers toi, ce soir, sur ton autel,
Oh ! tourner mon regard vers ta douce auréole,
Et m'endormir… dormir… sur ton sein maternel.

Félix Anizan, in Les Roses de mon vieux jardin, 1934


Repost 0