Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 mars 2010 3 03 /03 /mars /2010 23:38
"La prière, c'est (...) le Temps disponible comme une coupe que nous ne remplissons pas nous-mêmes mais qu'un Autre remplit."
François Cassingena-Trévedy, Pour toi quand tu pries

DSCN4609.JPG
Partager cet article
Repost0
17 février 2010 3 17 /02 /février /2010 00:22

Aujourd'hui, nous entrons dans le temps du Carême

mercredi-des-cendres.jpg
40 jours (+ quelques dimanches)
pour nous préparer à la principale fête chrétienne : Pâques

40 jours pour se recentrer
40 jours pour cheminer
40 jours pour approfondir

40 jours de jeûne
40 jours de charité
40 jours de prière

Trois axes d'efforts que nous pouvons observer
L'un pour apprendre à s'oublier
Le deuxième pour (ré)apprendre à penser aux autres
Le troisième pour revenir vers Celui à qui nous devons tout

Cela ne signifie pas pour autant que nous devons nous morfondre
Au contraire
S'oublier, penser aux autres et revenir vers Dieu
devrait être le moyen le plus sûr de faire notre bonheur...
si nous nous y efforçons avec amour.

Saint Carême à tous et toutes !

EDIT : une retraite dans la ville, ça vous tente ? Tout est expliqué ici, et c'est par ici
Partager cet article
Repost0
13 février 2010 6 13 /02 /février /2010 00:39
Vu chez la Marie des Anges

nd-guadalupe-enceinte.jpg
La vie est une chance, saisis-la.
La vie est une beauté, admire-la.
La vie est une béatitude, savoure-la.
La vie est un rêve, réalise-le.
La vie est un défi, relève-le.
La vie est un devoir, accomplis-le.
La vie est un jeu, joue-le.
La vie est richesse, conserve-la.
La vie est amour, partage-le.
La vie est mystère, perce-le.
La vie est promesse, remplis-la.
La vie est tristesse, surmonte-la.
La vie est un hymne, chante-le.
La vie est un combat, accepte-le.
La vie est aventure, ose-la.
La vie est bonheur, mérite-le.
La vie est la vie, défends-la.

Bienheureuse Mère Teresa


Pour soutenir une maman courageuse et sa famille qui ont décidé de laisser à leur bout de chou la chance de vivre sa vie terrestre jusqu'au bout, même s'il est condamné à très court terme, un petit geste : acheter un livre de recettes pour leur permettre d'organiser un pélerinage familial à Lourdes.
N'hésitez pas, tous les renseignements pratiques sont ici ou ici.
Partager cet article
Repost0
25 décembre 2009 5 25 /12 /décembre /2009 00:00
... c'est l'heure solennelle
où l'Homme Dieu descendit jusqu'à nous
Pour effacer la tache originelle
Et de son Père apaiser le courroux
Le monde entier tressaille d'espérance
En cette Nuit qui lui donne un Sauveur
Peuple à genoux
Attend ta délivrance
Noël ! Noël !
Voici le Rédempteur !

Adoration-des-bergers---Georges-de-La-Tour.jpgL’adoration des bergers lors de la Nativité (Georges de La Tour, vers 1644)

En cette Nuit sainte, l'un de mes cantiques préférés (notamment les deux versets en gras, qui ont accompagné mon Avent), pour vous souhaiter à tous et toutes un excellent et surtout Saint Noël, centré sur l'Essentiel.
Partager cet article
Repost0
14 décembre 2009 1 14 /12 /décembre /2009 21:41
On me fait remarquer dans l'oreillette que je suis bien silencieuse en ce moment. Eh oui, rien à voir avec un quelconque logiciel de partage de photos que je privilégierais au détriment de ce blog, en revanche c'est vrai que, comme d'habitude, je mène plusieurs choses de front et certaines en pâtissent plus que d'autres, le blogage en particulier (dans les plusieurs choses de front, il y a quand même eu pas mal de professionnel ces derniers temps, difficile de les faire passer après...). Mais même en sous-marin, je suis toujours là. Et Dieu sait que j'en ai des choses à vous dire, à commencer par la suite des photos espagnoles, des PIF reçus et offert (1/3 !), un swap vert reçu, de petites réalisations couturesques, mes débuts en tricot... les voilà les plusieurs choses de front ! :)

Mais commençons par le plus récent, tant que c'est encore d'actualité, ou presque : "ma" crèche missionnaire.
A vrai dire, il s'agit de celle de mes grands-parents... que j'ai sortie ce weekend. Et c'est une crèche vraiment missionnaire puisqu'en l'occurrence, ce sont mes grands-parents eux-mêmes que je tente d'évangéliser... ce doit être la première fois depuis... plusieurs décennies ? qu'une crèche restera sortie chez eux plus de trois jours... quant à les faire venir à la Messe, outre leurs difficultés de déplacement, c'est presque peine perdue ("j'y suis déjà suffisamment allé quand j'étais petit" explique mon grand-père... certes il y allait tous les jours pour servir la Messe quand il était petit, mais on a beau lui expliquer que ce n'est pas une question de quantité, il ne veut rien entendre...)

Voilà donc un aperçu de ce qui annoncera un minimum la Bonne Nouvelle chez eux pour les quelques jours à venir :Creche-M---GP-2009.jpg
Première fois que je fais une "vraie" crèche provençale avec des éléments naturels... ce n'est pas si évident (d'autant que ce n'est pas du tout ce que je préfère esthétiquement parlant), mais j'avais les mains qui sentaient bon le thym et le romarin après !



Promis, je viens vous voir vite... avant Noël ?
Partager cet article
Repost0
22 novembre 2009 7 22 /11 /novembre /2009 07:49
En cette Fête du Christ Roi de l'univers
qui coïncide avec la Sainte Cécile,
quel plus bel hymne que le psaume 150
pour rendre gloire à notre Dieu en musique


Louez Dieu dans son temple saint
Louez Le au Ciel de sa puissance
Louez Le pour Ses actions éclatantes
Louez Le selon Sa grandeur
Louez Le en sonnant du cor
Louez Le sur la harpe et la cithare
Louez Le par les cordes et les flûtes
Louez Le par la danse et le tambour
Louez Le par les cymbales sonnant
Louez Le par les cymbales triomphantes
Et que tout être vivant
Chante louange au Seigneur

Sainte Cécile (à g.) et 3 autres statues, allégories musicales,
de l'ancien orgue de la cathédrale de Leon

Partager cet article
Repost0
2 octobre 2009 5 02 /10 /octobre /2009 12:10
Ange gardien - Willow Tree

Depuis le commencement du monde, le commerce des anges avec les hommes est si fréquent que l'Écriture sainte en fait mention à tout instant... Presque tous les patriarches et les prophètes ont été instruits par les anges des volontés du Seigneur. Souvent même, nous voyons que Dieu s'est fait représenter par des anges. Mais, me direz-vous, si on les voyait, l'on aurait bien plus de confiance ? Si cela eût été nécessaire au salut de notre âme, le bon Dieu les aurait rendus visibles. Mais cela importe peu ; car dans notre religion, nous ne connaissons que par la foi, et cela, afin que toutes nos actions soient plus méritoires...

Saint Jean-Marie Vianney (1786-1859), prêtre, curé d'Ars
Sermon pour la fête des Saints Anges Gardiens (in Sermons, Beauchesne 1925, t. 4)


Une fête qui me tient à coeur... même si ce n'est pas toujours bien compris dans notre société rationnaliste, je crois fermement en l'existence des anges et notamment des anges gardiens, et ce n'est pas le Catéchisme de l'Eglise Catholique qui me contredira ;) :

L'existence des êtres spirituels, non corporels, que l'Ecriture Sainte nomme habituellement anges, est une vérité de foi. Le témoignage de l'Ecriture est aussi net que l'unanimité de la tradition. (CEC 328)

Du début (de l’existence) (cf. Mt 18,10) au trépas (cf. Lc 16,22), la vie humaine est entourée de leur garde (cf. Ps 34, 8 ; 91, 10-13) et de leur intercession (cf. Jb 33, 23-24 ; Za 1, 12 ; Tb 12, 12). " Chaque fidèle a à ses côtés un ange comme protecteur et pasteur pour le conduire à la vie " (S. Basile, Eun. 3, 1 : PG 29, 656B). Dès ici-bas, la vie chrétienne participe, dans la foi, à la société bienheureuse des anges et des hommes, unis en Dieu. (CEC 336)

Partager cet article
Repost0
7 septembre 2009 1 07 /09 /septembre /2009 21:47
Préparez-vous...
Le 14 septembre prochain, pour la fête de la Croix Glorieuse...
... ça va sonner !!!


(Cliquez sur l'image pour accéder au site...)

(et pour ceux d'entre vous qui sont sur facebook... rejoignez le groupe Sacristains !)



(je retombe un peu en adolescence pour oublier que j'ai vu ce week end d'anciennes louvettes plus grandes que moi... :D )
Partager cet article
Repost0
16 août 2009 7 16 /08 /août /2009 07:00
Septième et dernière journée d'accueil de Notre Dame sur mon blog, toujours à la suite de La Marie des Anges
Je recueille toujours vos intentions de prière, n'hésitez pas !


Notre-Dame de France, Vierge pélerine

Pour clore cette semaine de prière avec Notre Dame, une prière d'abandon...
Prière du soir à Marie

Encore un de mes jours envolé comme une ombre…
Mère, encore un soleil qui ne brillera plus,
Et qu'il faut ajouter à la liste sans nombre
Des soleils et des jours à jamais disparus.

Je ne les compte point : Le chêne qui s'effeuille
Et qui pressent déjà le printemps approcher
Compte-t-il les rameaux que l'orage lui cueille
Pour les semer, de-ci, de-là, par le sentier ?

Sur le vaste océan la rapide hirondelle
Compte-t-elle, en partant chercher des jours plus beaux,
Les plumes que le vent arrache de son aile
Et qui s'en vont flotter sur le cristal des eaux ?

Moi je m'envole aussi vers une autre patrie,
Et j'espère un printemps qui doit durer toujours.
Mère, qu'importe donc que j'effeuille ma vie,
Qu'importent le grand vent, et l'orage, et mes jours ?

Et je viens à tes pieds finir cette journée
Pour que son souvenir, en renaissant parfois,
Soit un soleil d'hiver à mon âme fanée,
Quand je ne vivrai plus que des jours d'autrefois.

Mère, il fait bon prier devant ta douce image !
Quand je suis à genoux, les yeux fixés sur toi,
Tu me parles, j'entends ton suave langage,
Puis, je me sens pleurer, et je ne sais pourquoi…

Je suis heureux pourtant… Quand je t'ai dit : Je t'aime,
Quand mon regard se lève et cherche ton regard ;
A travers le vitrail lorsque la lune blême
Nous éclaire tous deux de son rayon blafard ;

Quand tout s'endort au loin dans la morne nature,
Quand partout le silence avec l'ombre descend,
Mon âme alors vers toi monte, paisible, pure,
Et je sens le bonheur m'inonder doucement.

Mère, à mon dernier soir, semblable à la corolle
Qui s'incline vers toi, ce soir, sur ton autel,
Oh ! tourner mon regard vers ta douce auréole,
Et m'endormir… dormir… sur ton sein maternel.

Félix Anizan, in Les Roses de mon vieux jardin, 1934


Partager cet article
Repost0
15 août 2009 6 15 /08 /août /2009 07:00
Sixième journée d'accueil de Notre Dame sur mon blog, toujours à la suite de La Marie des Anges.
Aujourd'hui nous fêtons l'Assomption de Notre Dame.

Je recueille toujours vos intentions de prière, n'hésitez pas !


Cantique de la Vierge Marie

 

Quand au dernier sommeil la Vierge eust clos les yeux,

Les Anges qui veilloyent autour de leur maistresse

Esleverent son corps en la gloire des Cieux,

Et les Cieux furent pleins de nouvelle allégresse.

 

Les plus hauts Séraphins à son advenement

Sortoient au devant d'elle et luy cedoient la place,

Se sentant tous ravis d'aise et d'estonnement

De pouvoir contempler la splendeur de sa face.

 

Dessus les Cieux des Cieux elle va paroissant :

Les flambeaux estoillez luy servent de coronne,

La Lune est sous ses pieds en forme de Croissant

Et comme un vestement le Soleil l'environne.

 

Elle est là-haut assise aupres du Roy des Rois

Pour rendre à nos clameurs ses oreilles propices,

Et sans cesse l'adjure au sainct nom de la Croix

De purger en son sang nos erreurs et nos vices.

 

Elle rend nos desirs par ses voeux exaucez,

Et pour mieux impetrer ce dont elle le presse,

Remet devant ses yeux tous les actes passez

Qui le peuvent toucher de joye ou de tristesse.

 

Et lors elle luy va ses mamelles monstrant,

Qui dedans le berceau son enfant allaicterent,

Dont le doux souvenir va son coeur penetrant,

Et les flancs bien-heureux qui neuf mois le porterent.

 

Elle luy ramentoit la douleur et l'ennuy,

Les sanglants desplaisirs et les gesnes terribles

Que durant ceste vie elle endura pour luy

Quand il souffrit pour nous tant de peines horribles.

 

Comme le voyant lors si rudement traitté,

Son coeur fut entamé d'une poignante espine,

Et puis comme à sa mort pleine de cruauté

Le glaive de douleur lui navra la poitrine.

 

Helas ! de quels regrets et de quel desconfort

La Vierge en son esprit se sentit traversée,

Quand elle veid livrer son cher fils à la mort,

Et de combien de cloux son ame fut percée !

 

Elle le void meurtrir en tant et tant d'endroits,

Souffrir mille tourments et mille violences,

Et puis comme un trophée, attacher sur la croix

Toute notre injustice et toutes nos offences.

 

Elle serroit la croix de ses bras precieux,

Regardant par pitié ses blessures cruelles,

Et respandoit autant de larmes de ses yeux,

Comme il versoit de sang de ses playes mortelles.

 

L'air, la mer et la terre en sentoient les effects,

Et de leurs accidents accompagnoient sa plainte

Les fondements du Ciel ployerent sous leurs fais,

Et la terre trembla de frayeur et de crainte.

 

Le Soleil contristé print un voile de dueil,

Les astres de la nuict en plein jour resplendirent :

Les ossements des morts quitterent leur cercueil,

Et des durs monuments les pierres se fendirent.

 

Ames qui surpassez les rochers en durté,

Ames que les plaisirs si vainement affollent,

Vous ne gemissez point de le voir tourmenté,

Et tous les Elements à sa mort se desolent.

 

Les plus fermes esprits l'effroy les emporta

Voyant mourir celuy qui la mort espouvante,

Et des plus asseurez l'asseurance doubta.

Seule entre tous les saincts la Vierge fut constante.

 

Pour toute la douleur qui son ame attaignit,

Pour tous les desplaisirs et les regrets funebres,

Jamais dedans son coeur la foy ne s'estaignit

Mais demoura luisante au milieu des tenebres.

 

C'est celle dont la foy dure eternellement,

C'est celle dont la foy n'eut jamais de pareille,

C'est celle dont la foy pour notre sauvement

Creut à la voix de l'Ange et conceut par l'oreille.

 

C'est l'astre lumineux qui jamais ne s'estaint,

Où comme en un miroir tout le ciel se contemple ;

Le luisant tabernacle et le lieu pur et sainct

Où Dieu mesme a voulu se consacrer un temple.

 

C'est le palais royal tout remply de clarté,

Plus pur et transparent que le ciel qui l'enserre,

C'est le beau Paradis vers l'Orient planté,

Les delices du ciel et l'espoir de la terre.

 

C'est cette myrrhe et fleur et ce bausme odorant

Qui rend de sa senteur nos ames consolées ;

C'est ce Jardin reclus souëfvement flairant :

C'est la Rose des champs et le Lys des vallées ;

 

C'est le rameau qui garde en tout temps sa couleur,

La branche de Jessé, la tige pure et saincte,

Qui rapporte son fruict et ne perd point sa fleur,

Qui demeure pucelle et qui se void enceincte.

 

C'est l'Aube du matin qui produit le Soleil

Tout couvert de rayons et de flammes ardentes,

L'Astre des navigans, le Fare non-pareil

Qui la nuict leur esclaire au milieu des tourmentes,

 

Estoille de la mer, nostre seul reconfort,

Sauve-nous des rochers, du vent et du naufrage.

Ayde-nous de tes voeux pour nous conduire au port,

Et nous monstre ton Fils sur le bord du rivage.

 

 

Jacques Davy du Perron (1555-1618)

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0