Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 août 2009 5 14 /08 /août /2009 07:00
Cinquième journée d'accueil de Notre Dame sur mon blog, toujours à la suite de La Marie des Anges
Je recueille toujours vos intentions de prière, n'hésitez pas !



Berceuse de la Mère Dieu

 

Mon Dieu qui dormez faible entre mes bras,

Mon enfant tout chaud sur mon coeur qui bat,

J'adore en mes mains et berce étonnée,

La merveille, ô Dieu, que m'avez donnée.

 

De fils, ô mon Dieu, je n'en avais pas.

Vierge que je suis, en cet humble état,

Quelle joie en fleur de moi serait née ?

Mais Vous, Tout-Puissant, me l'avez donnée.

 

Que rendrai-je à Vous, moi sur qui tomba

Votre grâce ? Ô Dieu, je souris tout bas

Car j'avais aussi, petite et bornée,

J'avais une grâce et Vous l'ai donnée.

 

De bouche, ô mon Dieu, Vous n'en aviez pas

Pour parler aux gens perdus d'ici-bas...

Ta bouche de lait vers mon sein tournée,

Ô mon fils, c'est moi qui te l'ai donnée.

 

De main, ô mon Dieu, Vous n'en aviez pas

Pour guérir du doigt leurs pauvres corps las...

Ta main, bouton clos, rose encor gênée,

Ô mon fils, c'est moi qui te l'ai donnée.

 

De chair, ô mon Dieu, Vous n'en aviez pas

Pour rompre avec eux le pain du repas...

Ta chair au printemps de moi façonnée,

Ô mon fils, c'est moi qui te l'ai donnée.

 

De mort, ô mon Dieu, Vous n'en aviez pas

Pour sauver le monde... Ô Douleur ! là-bas,

Ta mort d'homme, un soir, noire, abandonnée,

Mon petit, c'est moi qui te l'ai donnée.

 

Marie Noël, in Le Rosaire des joies, 1931

 

 

 

Partager cet article
Repost0
13 août 2009 4 13 /08 /août /2009 07:00
Quatrième journée d'accueil de Notre Dame sur mon blog, toujours à la suite de La Marie des Anges
Je recueille toujours vos intentions de prière, n'hésitez pas !


Hymne à la Vierge

 

Dame d'honneur par-dessus les étoiles

Exaltée es très glorieusement

Allaité as de tes saintes mamelles

Celui qui t'a créé providamment.

 

Par le fruit que mangea notre grand-mère,

Du lieu de paix fûmes privés jadis

Mais ton saint fruit nous ôte de misère

En nous rendant la joie et paradis.

 

Tu es la porte où passa le haut roi :

Porte dorée et toute lumineuse

Quand il nous vint tous mettre hors d'émoi :

Toutes gens donc faites chère joyeuse.

 

Gloire à toi, noble et puissant Seigneur,

De mère né qui est vierge et pucelle,

Au Père aussi, et Saint-Esprit honneur,

Tous trois régnant en la gloire éternelle.

 

Pierre Gringoire (1475-1539)

 

 

Partager cet article
Repost0
12 août 2009 3 12 /08 /août /2009 07:00
Troisième journée d'accueil de Notre Dame sur mon blog, toujours à la suite de La Marie des Anges
Je recueille toujours vos intentions de prière, n'hésitez pas !



La Vierge à midi

Il est midi. Je vois l’église ouverte. Il faut entrer.
Mère de Jésus-Christ, je ne viens pas prier.

Je n’ai rien à offrir et rien à demander.
Je viens seulement, Mère, pour vous regarder.

Vous regarder, pleurer de bonheur, savoir cela
Que je suis votre fils et que vous êtes là.

Rien que pour un moment pendant que tout s’arrête
Midi !
Être avec vous, Marie, en ce lieu où vous êtes.

Ne rien dire, regarder votre visage,
Laisser le coeur chanter dans son propre langage,

Ne rien dire, mais seulement chanter parce qu’on a le coeur trop plein,

Comme le merle qui suit son idée en ces espèces de couplets soudains.

Parce que vous êtes belle, parce que vous êtes immaculée,
La femme dans la Grâce enfin restituée,

La créature dans son honneur premier et dans son épanouissement final,
Telle qu’elle est sortie de Dieu au matin de sa splendeur originale.

Intacte ineffablement parce que vous êtes la Mère de Jésus-Christ,
Qui est la vérité entre vos bras, et la seule espérance et le seul fruit.

Parce que vous êtes la femme, l’Éden de l’ancienne tendresse oubliée,
Dont le regard trouve le coeur tout– à-coup et fait jaillir les larmes accumulées,

Parce que vous m’avez sauvé, parce que vous avez sauvé la France,
Parce qu’elle aussi, comme moi, pour vous fut cette chose à laquelle on pense,

Parce qu’à l’heure où tout craquait, c’est alors que vous êtes intervenue,
Parce que vous avez sauvé la France une fois de plus,

Parce qu’il est midi, parce que nous sommes en ce jour d’aujourd’hui,

Parce que vous êtes là pour toujours, simplement parce que vous êtes Marie, simplement parce que vous existez,

Mère de Jésus-Christ, soyez remerciée !

Paul Claudel, in Poèmes de guerre, 1914-1915

Partager cet article
Repost0
11 août 2009 2 11 /08 /août /2009 07:00
Deuxième journée d'accueil de Notre Dame sur mon blog, toujours à la suite de La Marie des Anges
Je recueille toujours vos intentions de prière, n'hésitez pas !


Notre-Dame de France, Vierge pélerine

L'Ave Maria de Rutebeuf

 

(...)

Je veux commencer

une salutation à la douce Dame,

pour qu'elle nous garde de tout blâme,

car en un lieu digne et précieux

chacun doit mettre sans protester

son coeur et sa pensée.

Ave, reine couronnée!

Heureuse ta naissance,

à toi qui portas Dieu!

Tu réconfortas Théophile

quand tu lui rapportas sa charte

lui que le Malin,

qui se mêle toujours de faire le mal,

croyait avoir mis dans ses liens,

jeté dans sa prison.

Maria, ainsi que nous le lisons,

tu lui envoyas la guérison

de son mal:

il avait abandonné Dieu et son image

et fait hommage au diable

dans sa folie;

et le diable lui fit, pour sa douleur,

de son sang vermeil

écrire cette charte

qui précisait tout son martyre;

ensuite il lui fallut dire

sous la contrainte:

"Par cet écrit Théophile fait savoir

qu'il a, par intérêt,

renié Dieu."

Le diable l'avait si bien mis hors de son sens

qu'il était tout éperdu

de désespoir;

et quand il lui souvint

de vous, noble Dame charmante,

sans tarder

devant vous il s'en alla prier;

du fond du coeur il se mit à pleurer,

à verser des larmes;

et quand vous l'entendites pleurer du fond du coeur,

vous l'en avez récompensé au point

de vous mettre en chemin,

de rapporter sa charte de l'enfer,

de le délivrer du Malin

et de sa troupe.

Gratia plena vous êtes toute:

qui ne le croit pas, c'est qu'il n'y voit goutte,

et il le paie.

Dominus le Père sauveur

fit de vous sa fille et sa mère,

tant il vous aima;

il vous proclama Dame des Anges;

en vous il s'enferma, mais sans porter atteinte

à votre dignité

et sans vous faire perdre votre virginité.

Tecum, dans sa noble miséricorde,

il a voulu être toujours

là-haut dans la gloire céleste;

accordez-nous d'être nous aussi

à côté de lui.

Benedicta, toi qui nous a ôtés

du douloureux séjour

si repoussant

qu'il n'est trésor en ce monde

capable de nous dédommager

de la grande perte

que nous a méritée la faute d'Adam.

Prie ton fils de nous en purifier

et de nous tirer

de la boue qu'apporta Eve

en goûtant le jus de la pomme:

ce pourquoi ton fils,

comme j'en suis sûr et certain,

souffrit la mort et fut crucifié

le vendredi (...)

et le troisième jour, sans plus attendre,

ressuscita. (...)

Du paradis tu es la fontaine,

in mulieribus tu es pleine

de noblesse.

Fou, celui qui ne met pas en toi sa confiance.

Tu hais l'orgueil et la cruauté

plus que tout;

tu es le lis où Dieu repose;

tu es le rosier qui porte la rose

blanche et vermeille;

ta sainte tête a l'oreille

qui écoute les égarés pour les conseiller

et les remettre dans le droit chemin;

il y a en toi tant de bonheur et de joie

que je ne pourrais en raconter

le tiers.

Fou, celui qui pense autrement,

et plus fou encore qui renonce

à votre amitié,

car l'honnêteté, la miséricorde

et la patience se donnent à vous

sans restriction.

Ah! bénie soit la couronne

de Jésus-Christ, qui ceint

votre tête;

et benedictus encore une fois

fructus qui subit de grands maux,

de grandes souffrances

pour nous arracher à la fournaise

de l'enfer, qui est si puante,

laide et obscure.

Ah! douce Vierge pure et immaculée,

à cause de toi toute femme

doit être aimée.

Il est bien juste de te proclamer douce,

car il n'est en toi rien d'amer,

rien de dur:

tu as chassé loin de toi toute obscurité.

Par la grâce, par la pureté

ventris tui,

tous les diables se sont enfuis;

ils n'osent parler, car leur joie

s'est évanouie.

Quand tu tenais et embrassais

ton cher fils, tu les blessais

et les mettais à mal.

De même que c'est vrai, ce que tu as dit:

"Ah! cher Père qui m'as créée,

je suis ta servante",

je t'implore, Vierge,

de prier ton Fils qu'il nous appelle

au jour du Jugement,

quand il fera si violemment

trembler tout le monde sans exception

comme une feuille,

et qu'il nous reçoive parmi les siens!

Disons Amen: qu'il le veuille ainsi!

(...)

Rutebeuf (v. 1230-v. 1285), in Oeuvres complètes tome 2, traduction de Michel Zink, extraits


Partager cet article
Repost0
10 août 2009 1 10 /08 /août /2009 07:00
Toute cette semaine, à partir d'aujourd'hui et jusqu'à dimanche 16 août, j'accueille ici Notre Dame de France qui pèlerine de blog en blog grâce à l'initiative de La Marie des Anges.
Ce sera pour moi l'occasion de s'acheminer vers la fête de l'Assomption en prière et en poésie.
Par ailleurs, pendant ces sept jours (et au-delà), je porterai les intentions que vous voudrez me confier, soit en commentaire, soit en m'adressant un e-mail à l'adresse "apasdefourmi(AT)yahoo.fr" (remplacer (AT) par @).
Si vous souhaitez à votre tour accueillir la Vierge pélerine sur votre blog (n'hésitez pas !) contactez ici la Marie des Anges


Notre-Dame de France, Vierge pélerine
(pour plus d'informations sur ce mouvement, cliquez sur le lien)

Il y a des jours où les patrons et les saints ne suffisent pas.
Alors il faut prendre son courage à deux mains.
Et s'adresser directement à celle qui est au-dessus de tout.
Être hardi. Une fois.
S'adresser hardiment à celle qui est infiniment belle.
Parce qu'aussi elle est infiniment bonne.
À celle qui intercède.
La seule qui puisse parler de l'autorité d'une mère.
S'adresser hardiment à celle qui est infiniment pure.
Parce qu'aussi elle est infiniment douce.
[...]
À celle qui est infiniment riche.
Parce qu'aussi elle est infiniment pauvre.
À celle qui est infiniment haute.
Parce qu'aussi elle est infiniment descendante.
À celle qui est infiniment grande.
Parce qu'aussi elle est infiniment petite.
Infiniment humble.
Une jeune mère.
À celle qui est infiniment jeune.
Parce qu'aussi elle est infiniment mère.
[...]
À celle qui est infiniment joyeuse.
Parce qu'aussi elle est infiniment douloureuse.
[...]
À celle qui est infiniment touchante.
Parce qu'aussi elle est infiniment touchée.
À celle qui est toute Grandeur et toute Foi.
Parce qu'aussi elle est toute Charité.
[...]
À celle qui est Marie.
Parce qu'elle est pleine de grâce.
À celle qui est pleine de grâce.
Parce qu'elle est avec nous.
À celle qui est avec nous.
Parce que le Seigneur est avec elle.

Charles Péguy
Le Porche du Mystère de la Deuxième Vertu, 1912, extraits


Partager cet article
Repost0
18 juin 2009 4 18 /06 /juin /2009 00:46

Créateur ineffable,

qui des trésors de Votre Sagesse avez choisi les trois hiérarchies angéliques

et les avez placées en un ordre admirable au-dessus du ciel empyrée ;

Vous qui avez disposé avec tant d'harmonie les parties de l'univers ;

Vous, dis-je, qu'on nomme à juste titre Source de lumière et de sagesse, et principe suprême,

daignez projeter sur les ténèbres de mon intelligence un rayon de Votre Clarté,

chassant de moi les doubles ténèbres dans lesquelles je suis né,

celle du péché et celle de l'ignorance.


Vous qui rendez diserte la langue des enfants,

formez ma langue et versez sur mes lèvres la grâce de votre bénédiction.

Donnez-moi la pénétration pour comprendre,

la capacité de retenir,

la méthode et la facilité pour apprendre,

la subtilité pour interpréter,

une grâce abondante pour parler.

Disposez le commencement, dirigez le progrès, couronnez la fin.

Vous qui êtes Vrai Dieu et Vrai Homme,

Qui vivez et régnez dans les siècles des siècles.

Ainsi soit-il.

 

Prière de St Thomas d'Aquin (v. 1225-1274), Docteur de l'Eglise




Et une autre prière, dont j'ai usé et abusé en mon temps...

O bienheureux Joseph de Cupertino, qui aimez à vous montrer favorable envers vos dévoués serviteurs, je viens implorer votre aide pour cet examen que je dois subir. Malgré mon travail, ma bonne volonté, je crains de me laisser troubler et de ne pouvoir répondre convenablement.

Rappelez-vous que vous vous êtes trouvé dans la même difficulté et que par l’obéissance et la puissante protection de votre père spirituel vous en êtes sorti heureusement.

Faites de même à mon égard. Accordez-moi l’assurance dans mes réponses, donnez à mon intelligence la promptitude et la vivacité. Je vous le demande pour l’amour de Jésus, de Marie et de saint François dont vous fûtes l’enfant et le serviteur fidèle. En vous je me confie, très saint Patron des examens, et je suis convaincu que mon espoir ne sera pas trompé.



Pensé
es notamment pour notre chère Claire-Aline...
Partager cet article
Repost0
10 juin 2009 3 10 /06 /juin /2009 00:06
Parce que les Etats généraux de la bioéthique, ça continue,
Parce que beaucoup d'entre vous n'ont pas pu venir,
Parce que la fête des mères de dimanche était encore une fois l'occasion de dire :
Voici les litanies qui ont été lues le 28 mai dernier à Notre Dame de Paris, ainsi que l'homélie de Mgr Vingt-Trois  (André, pas Jean)



Parce que Tu nous as créés à Ton image et ressemblance en nous créant homme et femme,

nous Te louons ;

Parce que Tu nous as donné l'univers comme un temple à habiter pour le faire servir à Ta gloire,

nous Te louons ;

Parce que Tu nous donnes de nous engendrer les uns les autres

par l'union du corps des époux et d'être ainsi associés à Ton œuvre de création,

nous Te louons ;

Parce que Tu nous as rendus capables d'explorer l'univers et d'en comprendre les mécanismes et

parce que Tu Te réjouis de nous voir en pénétrer les secrets,

nous Te louons ;

Parce que Tu attends de nous que nous apprenions en ce monde

à nous aimer comme Tu nous aimes,

nous Te louons ;


Pour l'immense complexité et la merveilleuse simplicité

de la conception et de la croissance de l'être humain,

nous Te rendons grâce ;

Pour l'incroyable fragilité des petits hommes

qui, en naissant, dépendent entièrement de ceux qui les accueillent,

nous Te rendons grâce ;

Pour la magnifique responsabilité que Tu as voulu confier aux parents

par la lente croissance de l'être humain,

nous Te rendons grâce ;

Pour le rôle si riche des parents tout au long de la vie d'un être humain,

nous Te rendons grâce ;

Pour le besoin que nous avons les uns des autres, au long de notre vie,

et plus encore dans ses commencements et dans sa fin,

nous Te rendons grâce ;

Pour la joie des relations familiales, de l'unité nouée dans la chair et le sang,

nous Te rendons grâce ;

Pour les choix exigeants auxquels nous faisons face au long de notre vie,

nous Te rendons grâce ;

Pour la diversité des âges de la vie et la richesse de ce que nous apprenons à les traversant,

nous Te rendons grâce ;

Pour les familles unies et aimantes, source de liberté et de joie pour leurs membres,

nous Te rendons grâce ;

Pour l'amour qui surmonte les épreuves et grandit au long des années,

nous Te rendons grâce.


Seigneur, nous Te supplions :

Pour les époux qui attendent un enfant dans l'angoisse, Seigneur,

nous Te supplions ;

Pour les parents que des résultats d'examen ont jeté dans le trouble, Seigneur,

nous Te supplions ;

Pour les femmes qui attendent un enfant toutes seules, abandonnées, trompées ou rejetées,

nous Te supplions ;

Pour les parents qui découvrent les maladies ou les handicaps d'un de leurs enfants,

nous Te supplions ;

Pour ceux qui portent chaque jour le poids des handicaps d'un de leurs enfants,

nous Te supplions ;

Pour ceux qui se trouvent dépouillés de leurs facultés à mesure que l'âge avance,

nous Te supplions ;

Pour ceux qui voient vieillir leurs proches avec inquiétude,

nous Te supplions ;

Pour ceux qui accompagnent des parents dont le vieillissement et la maladie obscurcissent la face,

nous Te supplions ;

Pour ceux qui doivent chaque jour

supporter le regard d'étonnement ou de pitié que les autres portent sur eux,

nous Te supplions ;

Pour celles qui ont consenti un jour à donner la mort à leur enfant,

nous Te supplions ;

Pour ceux qui ont pris un jour des décisions menant à la mort un frère humain,

nous Te supplions ;

Pour ceux qui ont conduit par leur attitude ou leurs paroles

un autre à consentir à donner la mort à un enfant ou un malade,

nous Te supplions ;

Pour ceux et celles qui portent en leur cœur un remords qui les déchire,

nous Te supplions ;

Pour ceux et celles qui ne mesurent pas encore la gravité de tel ou tel de leurs actes,

nous Te supplions ;

Pour ceux qui restent aveugles aux enjeux du manquement au respect de la vie,

nous Te supplions ;

Pour les couples disponibles pour accueillir de nombreux enfants et qui en sont privés,

nous Te supplions ;

Pour les ménages qui ne voient pas bien comment accueillir un nouvel enfant qui s'annonce,

nous Te supplions.


Nous Te bénissons :

Pour ceux et celles qui servent les malades avec attention et respect,

nous Te bénissons ;

Pour ceux et celles qui consacrent leurs forces à chercher

comment lutter contre la maladie et le handicap tout en respectant les malades,

nous Te bénissons ;

Pour ceux et celles qui consacrent leur disponibilité à visiter des personnes malades,

nous Te bénissons ;

Pour ceux et celles qui se rendent disponibles

pour écouter leurs frères et leurs sœurs en détresse

et pour les soutenir dans des moments d'épreuve,

nous Te bénissons ;

Pour ceux et celles qui savent, par un geste ou un regard,

redonner force et espérance à ceux que la souffrance accable,

nous Te bénissons ;

Pour ceux et celles qui réfléchissent à l'agir humain

afin d'indiquer des chemins de vie possibles au milieu des épreuves,

nous Te bénissons ;

Pour qu'il Te plaise de donner à chacun de nous un sens affiné du respect de la vie humaine,

de grâce, écoute-nous ;

Pour qu'il Te plaise d'inspirer à Ton Église les paroles et les gestes qui éclairent et qui fortifient,

de grâce, écoute-nous ;

Pour qu'il Te plaise de rendre Ton Église toujours plus maternelle,

attentive aux souffrances et aux détresses grâce à la lumière de la vérité,

de grâce, écoute-nous ;

Pour qu'il Te plaise de susciter dans Ton Église

des témoins toujours plus nombreux et généreux et libres

de la beauté et de la bonté de la vie humaine,

de grâce, écoute-nous ;

Pour qu'il Te plaise de conduire nos responsables politiques et sociaux

vers les décisions les meilleures pour le bien de tous,

de grâce, écoute-nous ;

Pour qu'il Te plaise de mettre au cœur de chaque homme

un respect authentique de sa propre dignité et de la dignité de chacun des autres,

de grâce, écoute-nous.

 


Partager cet article
Repost0
27 mai 2009 3 27 /05 /mai /2009 00:17
Ce soir, jeudi 28 mai 2009,
grande veillée de prière à Notre Dame de Paris

En marge des Etats généraux de la bioéthique,
les évêques d'Ile de France nous invitent à prier pour la vie.

Temps de prière, d'enseignement et de témoignage

L'occasion de confier les décisions qui seront prises d'ici peu à l'Assemblée nationale
Mais aussi toutes ces personnes qui sont confrontées à des choix difficiles
Toutes celles qui accueillent et défendent la vie
Toutes ces vies qui se déroulent autour de nous
Et notamment la première "de la génération d'en-dessous",
la fille de mon cousin, née il y a quelques jours



Pour plus de détails cliquer ici
Partager cet article
Repost0
19 avril 2009 7 19 /04 /avril /2009 12:15
"L'humanité ne trouvera pas la paix tant qu'elle ne se tournera pas avec confiance vers ma Miséricorde."
Petit Journal, 300

Depuis le 30 avril 2000, le deuxième dimanche de Pâques est désormais officiellement le jour de la fête de la Divine Miséricorde... comme demandé par Jésus à Ste Faustine en 1931 :

"Je désire que le premier dimanche après Pâques soit la fête de la Miséricorde. (PJ 299)
Qui s'approchera ce jour-là de la Source de vie obtiendra la rémission de ses fautes et de leurs châtiments. (PJ 300)
Aucune âme ne trouvera de justification tant qu'elle ne s'adressera pas avec confiance à ma Miséricorde. C'est pourquoi le premier dimanche après Pâques sera la fête de la miséricorde et les prêtres doivent ce jour-là parler de ma Miséricorde insondable. (PJ 570).
En ce jour sont ouvertes toutes les sources divines par lesquelles s'écoule la grâce. Qu'aucune âme n'ait peur de s'approcher de moi, même si ses péchés sont comme l'écarlate.(PJ 699)"


Une image et une fête qui me parlent beaucoup...
Je regrette tellement que la plupart des paroisses n'en parlent pas ou à peine, et ne présentent pas l'image en cette fête comme demandé par le Christ... la dernière fois que j'ai vu cette image dans une église, c'était au Vietnam en octobre...

Bonne fête de la Miséricorde divine à tous!
Partager cet article
Repost0
12 avril 2009 7 12 /04 /avril /2009 00:02

Le Christ est ressuscité!
Il est vraiment ressuscité!

(Illustration de Jean-François Kieffer)
--
Petit plaisir du temps pascal qui commence : répondre "Nous rendons grâce à Dieu, alleluia, alleeeeeeeluuuuiaaa!" :) Une acclamation qui m'a bien manqué pendant 40 et quelques jours...

JOYEUSES PÂQUES A TOUS !

Partager cet article
Repost0