Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : A pas de fourmi
  • A pas de fourmi
  • : Quelques échos de ma petite vie, de mes loisirs, de mes goûts, de mes réflexions, etc.
  • Contact

Le Profil De La Fourmi

  • La Fourmi

En direct de la fourmilière!

Les femmes, je le sais, ne doivent pas écrire ;

J'écris pourtant...

Marceline Desbordes Valmore, Une lettre de femme, 1860

Recherche

23 octobre 2011 7 23 /10 /octobre /2011 15:13

Le rugby est un jeu qui se joue à XV contre XV... et à la fin, ce sont les Néo-Zélandais qui gagnent (avec un léger coup de pouce de l'arbitre certes, mais malheureusement ça fait partie du jeu). Bravo à eux donc, et surtout, surtout, un immense merci à notre Equipe de France, qui nous a faits douter, espérer, rire, pleurer, jubiler, en un mot, vibrer, tout au long de cette Coupe du Monde ! Merci à eux et à leurs entraîneurs d'avoir su rester sourds aux critiques et d'avoir donné le meilleur d'eux-mêmes quand il le fallait. Et si je ne devais garder qu'une image, ce serait celle-ci :

Haka-NZ-France-finale-CDM-2011.JPG

Rendez-vous dans trois mois pour le Tournoi des VI Nations !

Repost 0
20 janvier 2011 4 20 /01 /janvier /2011 11:12

Cela va faire deux mois qu'il m'a quittée. Ou plutôt que je l'ai quitté, l'abandonnant lâchement entre les mains de quelqu'un censé prendre soin de lui.

Cette séparation était nécessaire. Il allait mal, de plus en plus mal. En apparence, rien n'avait changé, mais il était devenu plus fragile : il prenait facilement froid et s'enrouait pour un rien.

Petite nature ? Sans doute. Mais il faut avouer que je ne lui avais pas forcément accordé la meilleure des attentions : j'exigeais de lui qu'il m'accompagne partout où j'allais, le sollicitant sans cesse, sans prendre garde à sa fatigue grandissante.

Il a cependant bien fallu me rendre à l'évidence : il avait besoin non plus seulement de repos, mais d'un diagnostic précis. Je l'ai donc emmené voir une personne compétente, qui m'a promis de s'occuper de lui et de me tenir informée de son état, me laissant envisager un retour au bercail sous trois semaines.

Et depuis, néant. Aucune nouvelle. Soyons honnêtes, je ne me suis pas non plus précipitée pour en avoir. J'avais largement assez d'autres soucis en tête. Mais ça va bientôt faire deux mois, et je commence à me demander s'il n'a pas oublié mon numéro de téléphone. Même si le diagnostic était plus lourd que prévu, il aurait pu me le dire, non ?

Tu me manques, mon cher appareil photo...

famille-1753.JPG

Choyé par C. en novembre dernier

Repost 0
21 septembre 2010 2 21 /09 /septembre /2010 17:06

Mon grand-père ne prononce toujours pas ce mot. Un mot long, un mot difficile à prononcer, un mot barbare. Il préfère dire "la maladie". "La maladie avance". Ou passer par des périphrases. "Ca ne va pas mieux". Sans doute une manière d'atténuer la réalité pour mieux l'accepter, pour apprendre à abandonner son cocon, même si cela lui fait mal de devoir l'admettre. Pourtant, c'est lui qui prend les rendez-vous chez le médecin. C'est lui qui s'inquiète pour l'avenir, regrettant le manque d'implication de son unique fils. Mais c'est lui qui entretient le tabou.

Ma grand-mère ne prononce pas non plus ce mot. Mais elle ne parle pas non plus de maladie. Tout au plus de fatigue. Et puis elle pose la même question. Trois fois dans l'heure. Dix fois dans la journée. Oublie ses clés et le dessert qu'elle a acheté. Se réveille en sursaut de sa sieste en demandant quel jour on est. Part faire une course et revient au bout de dix minutes en déclarant que, ne sachant plus pourquoi elle était sortie, elle a préféré rentrer. S'inquiète du baccalauréat de mon frère alors que ce sont ses résultats de rattrapage de deuxième année de fac que nous attendons. En revanche, elle se souvient parfaitement que mon autre frère a, lui, enfin réussi une année sans aucun rattrapage et qu'elle part en voyage demain puis dans un mois.

Aujourd'hui, 21 septembre, beaucoup prononcent ce mot. Quant à nous, nous ne savons toujours pas s'il faut prononcer ce mot ou pas. Bien sûr, un certain nombre de symptômes concordent. Mais l'évolution de "la maladie" est lente, et à plus de 80 ans, les pertes de mémoire, les changements d'humeur, le désintérêt et la fatigue peuvent avoir d'autres causes. Je ne suis pas médecin, et me garderais bien d'établir un diagnostic. Reste que ce mot est suspendu dans nos esprits, et ne manque pas de nous inquiéter pour la suite...

A-word.jpg

Repost 0
13 octobre 2009 2 13 /10 /octobre /2009 22:52
Il y a un an tout juste, je découvrais tout ça...

Cette année en revanche, il va falloir
vivre l'automne en entier
voir tomber les feuilles
accepter la chute des températures
perdre les dernières traces de bronzage (si ce n'est déjà fait)
continuer la routine du quotidien
ne pas se laisser envahir par la vague de nostalgie qui menace...

HAUT LES COEURS !!!

Et pour se donner du courage, je reviens bien vite avec un nouveau design de blog, ras le bol de ce bleu, et une bannière un peu plus actuelle pour ne pas laisser le spleen s'installer !
Repost 0
17 juillet 2009 5 17 /07 /juillet /2009 20:06
Toujours au travail - stop -
Pas de vacances avant septembre - stop -
Retour blogo espéré pour ce we - stop -
Plein de choses à dire et à montrer - stop -
Dont beaucoup promises depuis longtemps - stop -
Malheureusement les événements se déchaînent contre la fourmi - stop -
Des bonnes et des mauvaises nouvelles - stop -
Deux projets énergivores concrétisés ou presque - stop -
(btw encore merci Nitt - stop -)
Une coloc reçue à son concours - stop -
Mais aussi un cousin tombé du toit - stop -
A 300 km de chez sa mère - stop -
WE de vacances = plus de places dans les trains - stop -
Donc WE tranquille avec longue pause blog prévue transformé en WE taxi - stop -
Et une intention de prière pour vous - stop -
Pas de danger de mort mais je n'en sais pas plus - stop -
Compte sur vous et espère revenir dimanche avec de bonnes nouvelles - stop -

Merci...


Pensées et prières également pour les deux jeunes guides unitaires décédées hier en pleine explo... à un mois près ce pourrait être ma propre soeur... ou à quelques dizaines de kilomètres près l'un des scouts de mon frère... les deux derniers couplets de ce chant ont rarement eu autant de sens... :

Comme les tentes légères que l'on roule pour partir
Garde nous, âmes passagères, toujours prêtes à mourir

Ô Vierge de lumière, étoile de nos coeurs,
Entends notre prière, Notre Dame des Eclaireurs

Fais nous quitter l'existence joyeux et pleins d'abandon
Comme un scout après les vacances s'en retourne à la maison
Repost 0
26 juin 2009 5 26 /06 /juin /2009 19:33

En règle générale quand une personnalité meurt et que tout le monde se lamente ça me fait doucement rigoler, peut-être parce que je suis jeune, ou parce que je n'oublie pas que la vie terrestre débouche toujours sur la mort... (attention, scoop, Charles Aznavour devrait bientôt y passer lui aussi...)
Et là honnêtement... ben pareil. Même s'il était relativement jeune (50 ans), même s'il a réellement marqué l'histoire de la musique pop (perso ça ne m'a pas marquée, mais j'étais sans doute trop jeune et surtout ce n'est pas le style de musique prisé par mes parents donc... ça ne passait pas à la maison... honnêtement le seul souvenir d'enfance que je puisse rattacher à Mickaël Jackson, ce sont les tentatives de moonwalk dans la cour de récré... que j'imitais sans savoir de quoi il s'agissait...), même si personne ne mérite d'avoir la vie qu'il a eue, même s'il restera comme la première personne grise de l'humanité...
... le battage médiatique qui va avec me saoule déjà, sans compter les déclarations et discours grandiloquents qui se multiplient . Ce qui me rassure sur mon manque de coeur/de sensibilité, c'est que je ne suis pas la seule...

Bon allez, une petite musique quand même, mais pas que de lui, parce qu'en ce moment je suis plus 70's que 80's...







(un peu cynique ce billet, sans doute parce que j'ai assez peu dormi rapport à une certaine robe qui n'est même pas finie et que, oui, je vous montrerai, avec tout le reste, un jour, quand j'aurai le temps de prendre des photos et de les charger..
.)
Repost 0
17 mai 2009 7 17 /05 /mai /2009 23:32
Impressions aussi mitigées que la météo en ce "joli mois de mai"...


Pourtant, pas vraiment de quoi se plaindre dans la fourmilière :

- une famille aimante et aimée, présente sans trop s'imposer

- un grand nombre d'amis proches ce qui multiplie les occasions d'activités à droite et à gauche

- un travail stable (ce qui est déjà énorme), qui me plaît, assez proche de mon domicile, dans un cadre et une ambiance plus qu'agréables, avec des contraintes tout à fait adaptées à mes compétences, un salaire correct, des perspectives d'évolution... le rêve

- une vie quotidienne plutôt sympa aussi : coloc stable aussi (presque trois ans...), appartement adapté aux besoins et à la bourse, quartier calme mais non désert, tout ce qu'il faut à proximité...

- une foi précieuse et stable que je prends soin de nourrir...

Et pourtant...

le moral joue au yoyo...

il suffit d'un rien pour le faire remonter... mais aussi d'un rien pour le faire redescendre...

C'est quand le bonheur ?


Repost 0
30 décembre 2008 2 30 /12 /décembre /2008 21:46
... ça a donné ça!

Avant, nous ne réveillonnions pas vraiment le soir de Noël et nous "contentions" d'une brioche (vendéenne évidemment) et d'une tisane au retour de la Messe, et les cadeaux étaient offerts le lendemain (mais non distribués par le père Noël, pas de vieux barbu chez nous!). Ca c'était avant que mes grands-parents paternels ne montrent de plus en plus de mauvaise volonté devant les aspects spirituels et festifs de Noël... malheureusement la "bonne bouffe" et la présence de la famille sont leurs seuls intérêts... ce qui perdait tout cachet à nos yeux (car après tout, on peut toujours aller les voir un autre jour s'il ne s'agit que de bien manger; ils n'achètent plus de sapin, même artificiel, et ne sortent plus aucune décoration... et pour les cadeaux ils se content d'argent...)... quant à l'autre côté de la famille (maternelle donc) les relations sont tendues depuis bien longtemps, et empoisonnées par une tare familiale que je qualifierai de radinerie. Depuis l'an dernier donc, Noël se passe en comité "restreint" (à 7, il y a pire :D), et nous allons voir le reste de la famille après.

Cette année, à défaut de Messe du soir ou de "minuit" pour cause de paroisse et diocèse parentaux malheureusement déficients (une seule Messe après 21h le soir de Noël sur TOUTES les paroisses...et comme ils étaient tous malades ils y sont allés sans moi à 19h... glauquissime à ce qu'il paraît), réveillon en famille (juste mes parents et nous 5) avant de s'offrir nos cadeaux autour de minuit et d'aller vite se coucher... le lendemain Messe du jour pour moi (quand même! :)) et délicieux déjeuner autour d'une belle table décorée par mes soeurs différemment de la veille. Et samedi soir, goûter dinatoire dans la famille de Maman, dimanche journée dans la famille de Papa.

Dans mon petit soulier se trouvaient quelques "classiques" (de l'argent, des compléments de collection, des bougies...), des éléments de cuisine "maintenant que j'ai pris mon indépendance" (on passera sur le fait que ça fait déjà plus de deux ans que j'habite dans mon appartement... et plus de quatre que je suis partie de chez Papa-Maman), une jolie boîte à outils pour remplacer la boîte à chaussures que j'avais jusqu'à présent ;), un APN tout nouveau tout beau (et vraiment mieux que l'ancien) et... la grippe!!! Eh oui, les six autres y étaient passés, je n'allais pas leur faire faux-bond! Résultat je commence à peine à sortir la tête de la boîte de mouchoirs, du paracétamol et autres tisanes citron-miel.

Un Noël globalement en demi-teinte donc, mais assez conforme à ce à quoi je savais pouvoir m'attendre, la grippe en plus!
Repost 0
1 novembre 2008 6 01 /11 /novembre /2008 19:05

Partir...
Dépenser en un beau projet tout l'argent gagné grâce à mon activité professionnelle et non simplement des petits boulots... Répondre à une invitation, sans se soucier des préjugés/ni des questions (légitimes) des proches... Abandonner sans aucun scrupule collègues, amis et famille, pour aller se ressourcer dans des endroits déjà connus et découvrir une région inconnue... Profiter une dernière fois de cinq semaines de vacances d'affilée, chose qui n'arrivera sans doute plus jamais...
Tout préparer, en essayant de ne rien oublier... Enchaîner les allers quelque part et les retours ailleurs... Passer dire au revoir à la famille entre deux grands voyages... Caser également un mariage au milieu... Renoncer aux longues nuits de sommeil et se dire qu'il faut en profiter tant qu'on est jeune...
Partir vers l'inconnu... Ne pas savoir à quoi s'attendre, mais sourire jusqu'aux oreilles dans le métro/le train/l'avion en étant parfaitement consciente de sa chance... Emporter avec soi les au-revoirs de la famille et des amis, ainsi que leurs adresses pour leur montrer qu'on pense à eux...
---
Profiter...
De chaque seconde/minute/heure/jour qui passe... Ouvir grand les yeux/les oreilles/le nez/la bouche pour tout découvrir à l'aide de ses cinq sens... Ne pas craindre de dégainer l'APN à chaque détail qui interpelle/qui fascine/qui fait sourire... Compléter ses connaissances historiques et culturelles à chaque coin de rue... Admirer des paysages si différents et pourtant si proches... Apprécier le climat chaud mais pas trop humide, idéal pour des vacances réussies... Jongler entre les monnaies et les taux de change... Se surprendre à penser en allemand/anglais/les deux... Approfondir son amitié, et obtenir quelques réponses, pas toujours satisfaisantes et qui éveillent parfois d'autres questions...
---
Revenir...
Se dire à chaque nouveau mode de transport que ce serait génial de le rater et de rester un peu plus longtemps... Ne pas vouloir montrer ses larmes et les laisser couler une fois seule... Râler contre les divers retards... Se remémorer de nombreux détails de ces trois semaines fabuleuses à chaque minute qui passe... Dormir par à-coups pour rattraper une nuit de deux heures tout en essayant de ne pas rater d'info importante/profiter des paysages... Penser sans arrêt à l'heure qu'il est là-bas... Ne pas penser aux jours à venir, qui signifient le retour à la vie réelle... Arriver chez soi après une journée de presque 26 heures et ne pas réussir à se coucher... Râler contre la température en France et essayer de ne pas tomber malade... Prendre le temps de tout digérer avant de tout raconter...
---
Photos à venir bien sûr, ainsi que des réponses à vos commentaires, et des commentaires sur vos blogs, laissez-moi juste le temps d'atterrir, de reprendre mes esprits/mes marques, de faire le tri dans mes souvenirs/mes photos,... En attendant très joyeuse fête de la Toussaint à tous et à très vite!

Repost 0
25 août 2008 1 25 /08 /août /2008 23:27
Il a suffi de deux heures de pique nique pour que la fourmi se retrouve dévorée par eux...
J'ai nommé les aoûtats :

Jolie bestiole n'est-ce pas?
Mais traîtresse... moi qui avais à peu près réussi à passer au travers des moustiques... sans parler des tiques...
Après tout ce sont comme des tiques en miniature!
Trop dure la vie...
Repost 0